Ce Mercredi 20 janvier au matin, nous avons accueilli Monsieur Fréderic SAMPSON, nouveau Sous-Préfet de l’arrondissement  depuis septembre 2020. Un premier accueil en mairie autour d’un café a permis de faire connaissance des adjoints présents ainsi que les représentants de la presse locale qui avaient été conviés. Le premier magistrat Claude Vergeot  a présenté le déroulé des visites prévues pour la matinée compte tenu du temps et de la météo.  Le programme a débuté par une visite de l’école actuelle ou Sous-Préfet a pu se rendre compte de la nécessité absolue pour la commune de s’équiper d’un nouvel équipement.

Nicolas Lemaire ne cache pas sa satisfaction et trouve dans ce titre un véritable encouragement;

montreuillois Nicolas Lemaire de la chèvrerie de la Planquette à Fressin,   décroche le titre de personnalité de l’année du Montreuillois pour l’ensemble nos titres.

Alors qu’il s’active à la construction de sa bergerie et de son laboratoire pour mener à bien son projet de chèvrerie sur les rives de la Planquette à Fressin, Nicolas Lemaire de Fressin ne cache pas sa satisfaction à l’annonce du résultat de notre sondage « Je suis super content. On voit qu’il y a des gens qui portent intérêt à notre projet et on pense déjà à la demande sur la production. Ce n’est que du positif » .

C’est en juin 2017 que démarre réellement l’aventure de Nicolas quand il reçoit en cadeau d’anniversaire deux chèvres alpines : Nougat et Noisette. Lui qui avec sa famille a fait l’acquisition d’un ancien corps de ferme voit là se concrétiser un rêve de gosse.

« La production de fromages démarrera

lors des premiers jours d’avril »

Nicolas Lemaire

Au fil des mois, il fait évoluer son cheptel avec l’idée de produire du fromage. Le choix de la race alpine n’est pas anodin car elles sont de bonnes productrices de lait. Elles ont d’ailleurs la chance d’être bichonnées par leur maître mais aussi par ses filles.

Salarié agricole dans plusieurs exploitations du secteur, il se réjouit de voir gambader ces chèvres dans les prairies attenantes à la ferme qui leur fournissent de la bonne herbe mais aussi dans les ruines du château des Sires de Créquy. Son troupeau y assure l’entretien sous forme d’éco-pâturage, activité suivie par de nombreux visiteurs qui profitent des beaux jours pour accompagner les chèvres lors de leur transhumance mais surtout écoutent Nicolas partager son bonheur et son plaisir d’élever ces animaux, sujet où il est intarissable.

La réussite de cette animation mais aussi les contacts réguliers qu’il a avec de potentiels clients rencontrés entr’autres sur le marché hebdomadaire de Wambercourt (chaque vendredi en fin de journée) où il vend les œufs de ses poules mais aussi du cidre lui apportent un soutien précieux dans sa démarche et son envie de vivre pleinement de sa passion née dans sa jeunesse.

LE FROMAGE, C’EST POUR AVRIL

En attendant d’ouvrir sa production et de récolter votre avis, il fait des essais et teste ses fromages mais aussi d’autres produits confectionnés à base du lait de ses biquettes.

« J’ai démarré de rien mais avec la ferme envie de réussir »

Nicolas reconnaît « C’est un coup de poker, j’ai mis tout ce que j’avais dans mes poches dans ce projet familial » .

Le titre de personnalité de l’année du Montreuillois décerné par nos lecteurs l’encourage « ça donne la niaque pour y arriver » .

« Si les gens nous ont suivis c’est que la démarche intéresse. Ça rassure et ça conforte » , souligne le monsieur Seguin de la vallée de la Planquette qui met toute son énergie dans le développement de son activité, épaulé par son épouse.

« J’espère aller au bout de mon projet, faire ressentir la passion qui m’anime. Je suis encore plus gonflé pour avancer » , reconnaît le père de famille qui constate un certain engouement pour son projet « Nous avons reçu plus de 300 nouvelles demandes d’amis sur notre site facebook (la chèvrerie de la Planquette) et déjà des réservations pour participer à la transhumance des chèvres vers le site du château. Ça fait chaud au cœur » .

Au-delà de son métier, il voit également l’attrait pour la commune de Fressin.

Personnalité de l‘année 2020 : trois finalistes toujours en lice

Qui de Nicolas Lemaire, le Fressinois, Gauthier Caloin, Lola Labesse sera élu personnalité de l’année ?

Les votes sont clos pour chacune de nos trois éditions et trois visages du territoire sont désormais en lice pour disputer le titre de personnalité 2020 du Montreuillois

Nicolas Lemaire de Fressin sera-t-il élu personnalité de l’année ?

Les votes sont clos pour chacune de nos trois éditions et trois visages du territoire sont désormais en lice pour disputer le titre de personnalité 2020 du Montreuillois

Qu’il s’agisse du Réveil de Berck, des Échos du Touquet ou du Journal de Montreuil, vous avez été extrêmement nombreux à vous exprimer pour élire votre « chouchou » de l’année au sein de votre édition. Les votes sont clos pour la première partie des épreuves et ceux qui seront sur le podium final sont (par ordre alphabétique) : Gauthier Caloin dans Les Échos du Touquet, Lola Labesse dans le Réveil de Berck et Nicolas Lemaire pour le Journal de Montreuil. Nous vous donnons désormais rendez-vous sur notre page Facebook Dans sa chèvrerie de la Planquette, il travaille à la création de fromages qu’il espère commercialiser dans le courant de l’année 2021.

Alors n’hésitez : plus voter pour notre fressinois Nicolas Lemaire sur le site :

https://www.facebook.com/lesechosdutouquet

ou https://nordlittoral.qualifioapp.com/20/F7A0A986-D83F-479E-8E6D-93D4CF5F...

 

Et faites voter vos parents, enfants, grands parents, amis, voisins….. pour LA personnalité de l’année 2020, dont le nom sera dévoilé dans notre édition du mercredi 13 janvier. À vous de jouer !

NICOLAS LEMAIRE,

LE MONSIEUR SÉGUIN DE FRESSIN

Nicolas Lemaire, le Monsieur Seguin de la rue de la Lombardie, monte un élevage de chèvres alpines qui mangent de l’herbe sur pied et gambadent dans les grands espaces. C’est l’histoire d’un petit garçon qui jusqu’à l’âge de 6 ans, a vécu au milieu des chèvres élevées par ses grands-parents à Renty. Jusqu’à la retraite de ses aïeuls, il aidait le grand-père à la traite, à l’entretien de la bergerie, à l’alimentation des bêtes. Mais il accompagnait aussi sa grand-mère sur les marchés pour vendre les fromages. « Je suis né dedans », explique Nicolas Lemaire qui voyait bien son avenir dans l’agriculture.

Dans sa chèvrerie de la Planquette, il travaille à la création de fromages qu’il espère commercialiser dans le courant de l’année 2021.