Fressinoises, Fressinois,  chers amis.

Une dernière fois nous vous remercions encore vivement pour nous avoir largement accordé votre confiance lors du renouvellement du conseil municipale en mars et  … juin derniers.

Nous voici donc à l’orée d’une nouvelle année qui s’annonce très compliquée avec la crise sanitaire que traverse notre pays. Depuis le début nous avons essayé de vous accompagner dans ces moments difficiles en mettant en œuvre tout ce qui était en notre pouvoir pour vous faciliter la vie quotidienne. Et notamment, après la confection de masques par Patricia,  tout dernièrement, un service de repas à emporter grâce  au dévouement d’un bénévole du village, Vincent, et le prêt de notre cuisine de la salle Delépine. Nos enfants ont été les premiers du canton à reprendre le chemin de l’école, des commerçants ambulants viennent désormais régulièrement à Fressin, le jeudi.

Vous comprenez que dans ces conditions votre municipalité  a du annuler, ou réduire à sa plus simple expression, toutes les cérémonies et manifestations susceptibles  de rassembler la population et de transmettre le virus. Et elle se doit encore de continuer et d’annuler la traditionnelle cérémonie des vœux qui permettait aux élus de présenter leurs vœux à leurs concitoyens.

Difficile dans ces conditions donc d’œuvrer pour la commune alors que tous les services de l’Etat travaillent plus ou moins au ralenti ou en télétravail !

Nous avons quand même bien avancé,  je pense, pour notre future école, un dossier qui traine depuis maintenant plus de 6  ans.  Et grâce au concours très précieux de Blandine Drain, vice-présidente du Conseil départemental qui a empoigné littéralement le dossier à bras le corps. Mais aussi avec l’éducation nationale et Estelle  Blin, inspectrice de la circonscription d’Hesdin. Sans oublier les enseignantes qui travaillent actuellement dans des conditions difficiles aggravées par la crise sanitaire. Et nos braves et courageux écoliers qui doivent porter le masque à longueur de journée, en cours, sans rechigner.

Cette école sera donc d’un genre nouveau et « innovante » en milieu rural avec un tiers lieu, un « fab lab » en l’occurrence, laboratoire d’innovation de nouvelles technologies ouvert à tous, des classes ouvertes.

Lors d’une visioconférence avec les services du Département et de l’Education nationale,  j’ai constaté avec beaucoup de plaisir la participation et la motivation d’une dizaine d’habitants de la commune qui sont prêts à s’investir  pour faire vivre ce tiers-lieu qui, répétons-le, permettra à ceux qui le souhaitent de découvrir  les nouvelles technologies. Un lieu ouvert au public donc où il est mis à sa disposition toutes sortes d'outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, pour la conception et la réalisation d'objets, etc.

Après l’antenne Orange désormais fonctionnelle, nous attendons avec beaucoup d’impatience la fibre qui devrait là aussi permettre un sacré progrès dans la transmission de données, pour le télétravail notamment, la télémédecine… Elle devrait être disponible à la fin du premier semestre... si d’ici là notre pays ne traverse pas une nouvelle crise sanitaire.

Au niveau de la Communauté de communes du Haut-Pays du Montreuillois (CCHPM), j’ai été élu vice-président, puis brillamment réélu avec plus de 70% des voix à la suite d’un déni de justice du président qui n’aime pas les élus ne partageant pas ses idées.

Il est vrai que le dialogue et la communication sont difficiles au sein de cette instance. Pas de concertation : tout est décidé d’avance en petit comité restreint.

Comme pour la construction d’un terrain  de football synthétique d’entrainement,  avec des vestiaires doubles, à Herly, sans aucune concertation avec les présidents des clubs de football notamment, ni avis de la commission jeunesse et sports. Un investissement de presque 2 millions d’euros et qui ne servira que 3 à 4 mois par an. Certes il sera largement subventionné mais il restera quand même plus ou moins 5 à 600 000€ à charge pour la CCHPM.

 Le football l’hiver est très aléatoire et les joueurs se réfugient bien souvent dans le confort des salles (Rougé à Fruges, de la Roque à Preures). Il aurait mieux fallu peut-être de petites structures éclatées dans les principaux villages, genre city-stade mais en plus grand, prés des bassins de vie comme une école, un collège…  Et comme le fait actuellement le Département.

Depuis la nouvelle gouvernance de 2017, les dotations de solidarité et les fonds de concours, instaurés par Jean-Jacques Hilmoine dans le cadre de la redistribution des revenus des éoliennes, ont été supprimés. Et les petites communes ne touchent plus aucune subvention pour leurs investissements.

Dans le domaine du tourisme, compétence de la CCHPM, on va toujours d’études en études, d’avant projets en avants projets : on tourne en rond. Nous avons quitté l’Office du tourisme de l’Audomarois en 2017 pour rejoindre celui de la Côte d’Opale  de l’Agence d’attractivité  « Opale and Co » … qui vient de perdre sa compétence touristique ! On ne ressent pas cette volonté réelle de développer le tourisme dans notre belle région qui a de nombreux atouts à faire valoir. Comme nos vestiges de l’ancien château fort des Sires de Créquy. Encore bravo et merci à la poignée de bénévoles qui font tout pour qu’ils ne tombent pas dans les oubliettes de l’histoire.

Notre vie associative est quasiment à l’arrêt. Une année  blanche et dommageable à notre belle jeunesse ! Comment allons-nous retrouver nos valeureux bénévoles au moment de relancer  les activités qui font de Fressin un village dynamique avec une vie associative particulièrement développée dans tous les domaines.

La municipalité fera tout pour leur permettre de redémarrer dans de bonnes  conditions, mais c’est à chacun de se prendre en main et d’assumer. La démobilisation n’est pas dans les gênes des Fressinoises et des Fressinois qui n’ont jamais baissé les bras dans l’adversité. Je compte sur la volonté de chacun pour empoigner ce défi à bras le corps et relancer  cette belle dynamique qui a fait de Fressin un village où il fait bon vivre.

Si la construction de la nouvelle école va accaparer toutes nos forces  …. et nos finances, nous n’allons pas négliger pour autant tous les autres aspects de la vie quotidienne. Et notamment nos chemins et nos routes qui demandent beaucoup d’attention : entretien, sécurité, problèmes d’inondations récurrentes…

« Sans la liberté de blâmer, il n'est pas d'éloge flatteur." (P.-A. Caron Baumarchais).

Malgré  la conjoncture difficile, il nous faut toujours  croire en des jours meilleurs et avoir la foi pour le futur de ceux qui nous succèderont sur cette terre nourricière de l’homme.

Et ne jamais laisser les autres décider de notre destin, ni abandonner personne sur le bord de la route.

 La vie n’a jamais été un long fleuve tranquille surtout lorsqu’elle est parsemée d’embuches de ceux qui travaillent  à dessein pour leurs ambitions  personnelles.

Et de fléaux qui nous ramènent sans cesse à de tristes réalités  et nous rappellent que nous sommes peu de chose en ce monde tant que nous manquerons de respect à Dame nature.

Ainsi nous devons toujours  être aux côtés de ceux qui œuvrent  dans l’intérêt général pour assurer un avenir radieux  aux générations futures.

C’est dans cet esprit qu’il faut continuer à travailler en se remettant constamment en question …sans compromission.

Tout en se remémorant l’expérience de nos « chers » anciens disparus comme Jean-Jacques Hilmoine, Marc Boutin, des précurseurs, qui ont fait de notre territoire un véritable laboratoire de progrès social et de modernité…

Encore une fois votre maire et le conseil municipal vous souhaitent une bonne et heureuse année à tous.

Claude Vergeot